( 5 juillet, 2008 )

Bonjour tout le monde !

Il y a quelques années, un petit groupe de personnes aimant se retrouver sur internet, s’est lancé dans l’écriture d’une histoire médiévale et fantastique.

Ce qui était amusant, c’est que cette histoire s’est construite au fil de l’imagination de chacun.

Chacun écrivant un morceau de celle-ci suivant son imagination du moment, et ne sachant pas ce que la personne suivante allait écrire.

Et si l’histoire partait dans une direction autre que celle que nous avions chacun en tête, nous avons tous respecté l’écriture de chacun. Rire

Nous étions d’âge, de vie, de caractère différents, ce qui fait de cette histoire une merveilleuse aventure dans laquelle tout le monde y a trouvé « sa place » (si je peux dire ainsi).

Peut être que parmi vous, une personne qui a partagé cette aventure se reconnaitra Clin doeil .

 

Cette histoire, j’ai envie de vous la faire partager, alors j’espère que vous aimerez autant la lire que nous avons pris plaisir à l’écrire et merci de bien vouloir nous pardonner parfois quelques petites erreurs.

 

Je vous prie de pardonner les erreurs de frappe ou d’orthographe que vous allez rencontrer, une bonne correction a déjà été faite mais il reste encore pas mal de chose à corriger.

J’y ai également laissé nos petits commentaires

Nombre de pages : 10

( 5 juillet, 2008 )

Rielle

Rielle.

( 4 juillet, 2008 )

MISS BOWIE

Intro de la nouvelle histoire
J’espère que tout ça vous inspirera….
J’ai le trac moi!!!
(Loup je prends la pastille verte ou la violet?) lol
Bon c’est partiiiiiiiiii……….

 

C’était une nuit sans lune…. Rielle se tenait droite et fière sous le
vent glacial, son regard scrutant l’horizon à l’affut d’un signe,
un mat, une voile. La mer agitée se brisait avec fracas très loin en bas
de la tour crénelée. Le vent faisait claquer les bannières, à demie déchiquetées par le souffle nordique. Seule sur les remparts, elle attendait avec anxiété le signe de l’oracle, mais depuis des semaines,
rien d’anormal ne s’était manifesté sur l’océan. Le cri plaintif des
mouettes, le huhulement du vent, le scintillement des étoiles, le mouvement
souple des vagues se répétait à l’infini…. sans jamais dévier,
sans que rien d’extraordinaire ne vienne capter son attention.
Encore une fois décue et amère, Rielle repris le chemin en colimaçon
qui menait tout en bas dans les cachots suintants et morbides,
à la rencontre de son prisonnier, dont elle avait la garde. Son pied
glissait sur les marches humides et le froid des profondeur, plus
encore que le vent de la tour, la faisait grelotter jusqu’à la moëlle….
Elle ressentait toujours à ce moment une profonde pitié pour son prisonnier.
Combien de jour allait-il encore survivre dans ces cachots
sombes, insalubres et glacials?…. Avec pour toute nourriture, une
croûte noircie et un peu d’eau? Elle ne savait rien de lui, sauf qu’elle
devait lui apporter la nourriture chaque jour et ne pas lui adresser la
parole…. La voix du prisonnier était une arme de magicien qu’elle ne
devait à aucun prix écouter….
Ce soir là pourtant, il s’adressa à elle au moment ou elle lui passa
la nourriture entre les barreaux.
A VOUS….

FRI MAY 18 04:29:44 2001

( 3 juillet, 2008 )

SLAYER

le viel homme leva les yeux doucement vers elle

Qui est-tu vieil Homme ? que fais-tu ici ?

il prit la nourriture qui lui etait destinée et fit un petit grondement

Repond moi vieil homme, j’ai besoin de savoir qui tu es ? pourquoi tu es ici ? je suis ton garde mais je ne sais rien de toi…

le vieil homme ricane

haha ne t’en fait pas pauvre sote tu seras bientot qui je suis et la tu veras mes pouvoirs immences, c’est la que tu devras avoir peur. je veux voir ta puissance viel homme, montre moi

elle passa la main a travers les barreaux

le viel homme s’approcha pour toucher la main…

 

FRI MAY 18 07:03:48 2001

( 2 juillet, 2008 )

MADDY

Le viel homme approcha sa main et pris celle de Rielle avec force.

 

Elle poussa un cri de douleur et de surprise tant la poigne de cette
homme était forte. Elle fut prise d’un vertige et bascula dans un
autre monde.
Dans sa tête des images horribles défilaient à toute vitesse : des
hommes, des femmes et des enfants hurlant de terreur et de douleur,
essayant d’échapper à je ne sais quoi, des feux dévastant tout sur leur
passage, de la magie, des incantations, et puis au milieu de tout cela
un homme. Cet homme avait un regard froid, aucune pitié, un homme
avec un sourire cynique, ironique. Un homme grand, fort et d’une
beauté à rendre jaloux le diable en personne. Au milieu de ce chaos
d’images, Rielle entendit un rire.

Ce rire la glaça jusqu’au sang.
Elle entendit le vieil homme lui parler : “ regardes cet homme,
regardes le bien, quoi qu’il m’arrive cet homme est l’avenir, il est
mon fils Andrak, je lui ai tout appris, alors même si mon corps
meurt, il accomplira pour moi ce que je n’ai pu terminer et il partit
d’un rire glacial.
Rielle réussit à faire bouger son autre main et la porta à l’amulette
qu’elle portait autour de son coup. Elle retira sa main de celle du viel
homme, recula d’un pas, finit de reprendre totalement ses esprits puis
elle le regarda droit dans les yeux.
Ecoutes moi bien vieil homme, nous ne connaissions point le visage
de notre ennemi, grâce à toi, maintenant nous le connaissons. Ton
élan d’arrogance vient de nous aider, maintenant nous savons qui
chercher et qui tuer.
Puis Rielle se mit à chuchoter des mots. Son chuchotement devint
de plus en plus fort, Un sentiment de peur traversa les yeux du vieil
homme, lui qui se croyait le plus fort, fut bien surpris. Il s’approcha
encore plus près des barreaux de son cachot, tenta de résister mais il
ne connaissait pas Rielle.

Elle se mit à dire des mots d’une langue,
qu’il connaissait peu, de plus en fort et se rendit compte qu’il avait
en face de lui une personne bien plus forte que ce qu’il ne pensait.

Rielle se rapprocha de lui tout en continuant son incantation, sortit
une dague de dessous sa ceinture et d’un mouvement rapide la lui
enfonça droit dans le coeur.
Le vieil homme recula, trébucha et tomba au sol.
Pour la première fois de sa vie, il sut ce qu’était la souffrance lui qui
avait tant fait souffrir les autres mais dans un dernier effort, il se remit à
rire avec arrogance et dit à Rielle : “ Je te souhaite bien du courage, car
Andrak ne se laissera point duper par ta force. Mais saches que ta force
est infiniment plus petite que la sienne, je te souhaite bien du courage et
je te garantie une mort que nul ne souhaiterait à son pire ennemi.
Le vieil homme mourut.
Rielle reprit ses esprits, termina son incantation et remonta les
marches.
Elle se mit face à la mer et là une aura bleue sortit de l’eau, c’était
l’Oracle.

Il allait enfin s’adresser à elle………..

 

FRI MAY 18 10:03:32 2001

( 1 juillet, 2008 )

ISHAAD

…. c’était …. non ce n’était pas l’oracle !

 

Cette aura bleue était le reflet de la lune sur le liquide qui ruisselait
sur … la … créature.
Impressionante, vermiforme, hérissée d’une crête barbelée et une
tête semblable à celle d’un requin à la machoire tapissée de tranchants
promesse de mort certaine.
la créature se dressa devant Rielle, poussa un long son d’outretombe
et s’abattit sur la muraille.
les pierres du chemin de ronde volèrent en éclat et la chute de
cette partie du mur provoqua celle de Rielle qui tombait au pied de la
forteresse, meurtrie par les pierres qui l’accompagnaient.
La chute finie, elle tourna son visage ensanglanté du coté de la
breche, le “monstre” fouillait fouillait les entrailles du donjon ou était
le défunt captif. Une longue plainte s’éleva puis l’animal s’en fut
comme il était venu.
Cet homme devait être très puissant puisqu’à n’en pas douter, ceci
devait être son gardien.
trop épuisée et blessée pour faire quoique ce soit, Rielle sombra
dans l’inconscience.
(IShââD qui fait le ménage)

 

FRI MAY 18 15:23:35 2001

( 30 juin, 2008 )

MADDY

Un silence de mort planait sur ce lieu et Rielle inconsciente et perdant
son sang sentait la vie la quitter. Elle entendait encore les
bruits des vagues mais les sons s’éloignaient de plus en plus d’elle.
A quelques mètres de là, un homme était là.
Il portait une longue toge, une capuche cachait son visage et dans
sa main droite un grand bâton.
Il avait assisté à toute la scène, jugeant la bête et regardant Rielle
se faire massacrer. Mais il savait que Rielle devait en passer par là car
des choses bien plus atroces l’attendaient dans le futur.
Il descendit au pied de la forteresse (un chemin apparaissant au
fur et à mesure qu’il avançait) puis pris Rielle dans sur son épaule et
remonta.
Rielle, qui était dans un coma, ne savait pas encore que cet
homme allait lui servir de maître dans sa longue aventure qui allait
commencer …. la recherche d’Andrak….

 

FRI MAY 18 16:22:41 2001

( 29 juin, 2008 )

GINN

lors de son coma, Rielle vit des choses atroces. Elle vit des femmes et des hommes, se faire decapiter par la créature qu’elle avait vu la nuit précédente.

La créature avança vers l’esprit de Rielle et lui adressa la parole.

Il lui dit “Pourquoi as-tu tuer mon père !!!!”.

La créature redevint un jeune homme et disparue.

Aussitôt, Rielle se réveilla en sursaut.

Elle vit l’homme auprès d’elle et lui dit “ Qui êtes-vous, que me voulez-vous, ou suis-je, qu’est-ce que je fais ici, que s’est-il passé ? »

 

FRI MAY 18 16:45:19 2001

( 28 juin, 2008 )

MADDY

elle ne savait pas…

Rielle ne savait point que cet homme avait pris un chemin que nul
ne pourrait trouver pour venir troubler sa résurrection.
Il prit soin d’elle : lui retira ses vêtements, la débarrassa de tout
ce sang qui avait tâché sa peau, lui prépara des potions qu’il lui fit
avaler, et chaque jour, chaque nuit, il lui parla dans ce langage dont
peu ne pouvait comprendre les mots.
Il les répéta sans cesses des formules étranges afin que cela parvienne
jusqu’à son esprit et y reste incruster à jamais.
Chaque jour, il la préparait au terrible danger qui la guettait et lui
inculquait des notions de magie.
Il savait que la tâche n’était pas simple, car ensuite il faudrait lui
apprendre le combat. Mais cet homme était patient car il savait que
ce qu’il faisait était juste.

 

FRI MAY 18 17:30:10 2001

( 27 juin, 2008 )

CACTUS

… Et ainsi se poursuivi l’entrainement de Rielle…

 

Chaque matin, dès l’aube, commençcait l’apprentissage.

Au début, ce ne furent que des mots, des incantations étranges. Rielle connaissait pourtant cette langue, mais les paroles de l’homme restaient pourtant mystérieuses. Mais sans savoir pourquoi, Rielle lui faisait confiance. Elle restait donc là, à écouter, espérant qu’un jour prochain tout ceci s’éclaircirait, sans même oser lui demander qui il était, et à quoi il la préparait. Ces leçons duraient jusque tard dans la nuit. Elle était encore très faible, ses blessures la faisaient souffrir, et pourtant la fatigue ne se faisait pas sentir de l’aube au crépuscule. Les paroles de l’homme semblaient lui fournir toute l’énergie dont elle avait besoin. Mais une fois la nuit tombée, son esprit était soudain troublé,
comme envahis par quelque chose qu’elle ne parvenait pas a identifier,
et qui prenait chaque soir un peu plus le pas sur les paroles de son
maitre. Et quand enfin elle s’endormait, c’était pire encore. Et souvent
lui revenait ce songe dans lequel la bête tuait et massacrait … et
toujours Andrak lui parlait, la menaçant, lui demandant pourquoi elle
avait tué son père, lui prédisant un avenir sombre … juste avant que
l’aube ne la réveille.
Le printemps était déjà tout proche quand un matin, elle s’éveilla alors que le soleil était deja haut dans le ciel. Son maître était la, assis près de la paillasse qui lui servait de lit. Il la regardait tendrement,d’un oeil paternel qui la surpris d’abord, puis la rempli d’une sorte de bonheur nouveau, qu’elle n’avait ressenti depuis fort longtemps.
“Tu es assez forte maintenant. Tu vas devoir apprendre a te battre”
Depuis des semaines qu’elle était là, c’était la première fois que
l’homme lui parlait dans une autre langue que celle de la magie.
Rielle n’en fut même pas surprise, mais cela appela en elle une foule
de questions. Et c’est cela qui la surpris le plus : depuis qu’elle était
ici, elle ne s’était rien demandé. Elle écoutait toujours cet étranger, plaçant en lui une confiance aveugle. Aucun doute n’avait effleuré
son esprit, et l’endroit même ou elle logeait, elle l’observait pour la première fois.

Il s’agissait d’une grande piece, tres haute, percée en son plafondd’une multitude de petites lucarnes. il n’y avait aucun mobilier, si ce
n’est sa paillasse et le grand fauteuil dans lequel s’installait son guide
pour l’instruire.
Rielle ne put pas plus longtemps contenir le flots de ses questions,
qui jaillirent de sa bouche en désordre :
“Qui etes vous ?
Quel est votre nom ?
Où sommes-nous ?
Que m’avez vous appris pendant tout ce temps ?
Dans quel but ?
Comment me connaissez vous ?”
L’homme restait immobile, impassible, regardant Rielle, qui lisait
dans ses yeux un air de surprise amusée. Et soudain il éclata de rire,
un rire enfantin, clair, sans retenue. Quand enfin il retrouva son
calme, il déclara :
“Mon nom est Eck’hin.
Tu connais déja la réponse a tes autres questions, il ne te reste
qu’a t’en convaincre pour acceder a ce savoir …”
Voila qui n’aidait pas Rielle a éclaircir tout ces mysteres …
Eck’hin repris :
“Il y a une chose que je n’ai pas réussi a apprendre … qu’attendais-
tu, seule, dans ta tour ? Qu’esperais-tu, a scruter la mer,
toutes les nuits ? Et pourquoi t’es-tu décidée a enfreindre les consignes
qu’on t’avait données, justement cette nuit la ?”
Et sans attendre de réponse, il sorti brusquement, comme s’il fut
soudain contrarié, comme s’il regrettait d’avoir admis qu’il ignorait
quelque chose …
Rielle se précipita a sa suite …

 

SATMAY 19 02:05:40 2001

12345...10
Page Suivante »
|